Aller au contenu. | Aller à la navigation

Culture - Jeunesse - Seniors - Sports - Tourisme - Patrimoine

Projet Pédagogique

PROJET PEDAGOGIQUE

Le Centre de vacances d’été est organisé par l’Echevinat de la Jeunesse de l’Administration d’Ecaussinnes.

Il accueille durant six semaines, en juillet et août, les enfants âgés de 4 à 12 ans.

Les activités sont organisées dans les locaux de la plaine de jeux, située rue Transversale à Marche-lez-Ecaussinnes et décentralisées, selon la nécessité, vers d’autres infrastructures communales.

Notre objectif principal : des vacances épanouissantes pour l’enfant...

S’EPANOUIR A LA PLAINE, c’est

S’EPANOUIR EN TANT QU’INDIVIDU

S’EPANOUIR DANS LA COLLECTIVITE

... en travaillant dans un souci permanent d’animation et non d’occupation

Les groupes formés : 4-6 ans, 7-9 ans, 10-12 ans

Avec une répartition appropriée et personnalisée : écoute et observation

Ex. : un enfant de 6 ans (entrant en 1er année primaire) peut être dirigé vers le groupe des 7-9 ans si lui, ou ses parents, en expriment le souhait ou si les animateurs estiment que ce groupe est plus approprié.
Inversement, un enfant qui souhaite rester dans le groupe des plus jeunes alors qu’il pourrait rejoindre celui des moyens sera entendu.

Un groupe regroupant les enfants de 6 ans peut également être une solution adéquate.

Dans le respect du rythme de chacun.

Lors de la formation des groupes, nous sommes attentifs au respect des amitiés, éventuellement des fratries ou au contraire, aux inimitiés qui perturberaient le bon fonctionnement du groupe. Nous privilégions la mixité, bien conscients cependant que, parfois, la présentation d’une animation va influencer un plus grand nombre de garçons ou filles.

Nous nous efforçons durant ces six semaines d’activités d’assurer aux enfants un accueil optimal dans un esprit d’échanges, de détente, de découvertes, d’apprentissage, de rencontres…
Toute l’équipe travaille dans un souci permanent d’animation et non d’occupation.

La plaine est un lieu de vacances avant tout.

Les enfants y vivent leurs vacances, pour certains, durant les six semaines.
Nous cherchons à leur apporter du divertissement, du plaisir, l’envie de participer à des projets, de se retrouver, de communiquer, de créer et de s’exprimer.

Chaque enfant est digne d’intérêt et plein de ressources.

Les animations sont conçues avec l’enfant et non à travers lui.
Susciter son imaginaire, inventer, jouer aux héros, imiter, explorer,…

Le projet mené avec les enfants sera privilégié, même s’il n’atteint pas l’objectif initialement fixé, face à un projet plus élaboré mais entièrement pensé et réalisé par l’animateur.

Dans toutes les activités, nous essayons de valoriser à la fois l’individu et l’esprit de groupe.
La vraie réussite est de parvenir à créer quelque chose ensemble en mettant en valeur chaque individualité. Chacun a sa place dans le groupe.

Dans la collectivité, chacun doit trouver son équilibre. Unique.

Chaque plaine est différente.
Car chaque responsable, chaque animateur, chaque enfant vient avec ses différences, ses difficultés du moment, ses envies, ses expériences, ses motivations, son évolution.
Il convient de gérer les changements permanents en visant le positif de chacun et le respect de chaque différence. Trouver l’équilibre !

Développement physique, créativité, intégration sociale et citoyenneté :
des objectifs régulièrement associés à la plaine de jeux d’Ecaussinnes.

Favoriser le jeu, c’est aider l’enfant à s’épanouir dans un groupe

Le jeu est l’occasion d’aborder le sens des règles, des gains et des pertes, du fair-play, des exclusions, du sentiment de justice ou d’injustice, de fierté, de frustrations, les élans de solidarité, le besoin de coopération, l’agressivité positive, la confiance en soi et aux autres,…

Mais jouer à la plaine, c’est aussi se jouer des règles, les réinventer, " les gagnants ne seront pas forcément ceux qu’on croit". Jouer, c’est aussi créer son propre jeu, c’est jouer à être quelqu’un d’autre.
Communiquer, parler du jeu, c’est permettre aux enfants de parler d’eux, des relations qui s’établissent entre eux, de leur place dans le groupe, dans l’espace, de ce qu’ils aiment, de leurs besoins ou envies.

C’est dans le jeu que l’enfant se révèle le plus lui-même.

Jouer, c'est aussi jouer à être…

Ex. : projet : un thème est proposé : "A reculons"

Les idées fusent rapidement : des groupes se constituent et les ateliers se créent :

  • "Des années à reculons" : Tous sur le dancefloor ! A chaque génération, son tube !
  • Tape Taupe Cro Magnon : un retour dans le passé lointain
  • Le Carrousel Mary Poppins : Tournez manège, à chaque arrêt, on suspend le temps…
  • Gatsby le magnifique : La belle époque : Un cabaret haut en couleurs !

D’autres préfèrent "Recto-verso"

  • - Du jeu, du spectacle, des créations, des couleurs, une galerie de portraits : « Vice-versa » - « Meli-Melo » - « Tous les mêmes et y en a m… » - « Les clowns Mal Heureux » - « Anges et démons » - « Des filles et des garçons » - « Black and white »

On répartit les rôles : chacun trouve sa place. On crée les décors, les instruments, les costumes, les dialogues et les jeux de rôles s’enchaînent.
Je joue à être un chanteur des années 80, un personnage de dessin animé, un enfant sur son cheval de bois, un DJ, une vedette de cabaret, un homme des cavernes, un clown,…
Une représentation collective fêtera la fin des deux semaines d’animation.

Autre projet : une semaine d’activité d’éducation au vélo

Dans le cadre d’une collaboration avec l’Echevinat de la Mobilité et l’asbl Pro Velo, une semaine d’initiation est proposée aux enfants : mise en selle et sécurité routière.

Durant l’été 2016, elle concerne les enfants âgés de 4-5 ans et 10-12 ans.

Les apprentissages portent sur la mise en selle, la maîtrise du vélo, les outils pédagogiques de sécurité routière et la sortie sur voirie pour les plus grands.

Une formatrice Pro Velo assure la formation, accompagnée des animateurs.

  • Chaque enfant apporte son vélo à la plaine, des vélos sont mis à la disposition des enfants qui n’en ont pas. Ils seront stockés à la plaine, pris en charge lors du transport en car ou déposés par les parents, badgés au nom de chaque enfant.
  • Les consignes sont données : la sécurité est primordiale, le vélo doit être à bonne hauteur, en bon état, pneus gonflés, vêtements adéquats, gilets fluo indispensables (remis à chacun) et casques recommandés.
  • Les informations et recommandations ont été transmises aux parents, nos partenaires.
  • L’initiation peut commencer, dans la cour, pour les petits. Circuits, jeux d’adresse et d’apprentissage, bons réflexes et mise en confiance.
  • Au terme de la semaine, la plupart des enfants ont acquis une bonne maîtrise de leur vélo, certains roulent désormais sur 2 roues.
  • Des panneaux pédagogiques attractifs, adaptés aux plus jeunes, sont réalisés par les animateurs.
  • Pour le groupe des grands, un animateur, connaissant bien la région, propose un parcours sur route.
  • Après vérification des vélos, des capacités de roulage de chacun, de l’habillement de sécurité, des consignes de sécurité routière, le groupe prend la route, encadré.
  • Un débriefing est organisé au retour.
     

Que faire avec les enfants qui ne veulent pas participer aux activités proposées ?

Des enfants vivent parfois des situations difficiles, une séparation familiale, un placement en institution, une tension à la maison, un manque de moyens, une hyperactivité,…
Difficile parfois d’avoir simplement envie de jouer, d’être avec les autres.
Il est important de laisser faire une pause, donner une place aux jeux libres et spontanés et à partir de là, permettre l’émergence d’activités.

Prendre en compte les rythmes personnels autant que l’action collective.

Il faut des moments de solitude et d’exploitation pour explorer le monde…
Certains ont besoin de s’isoler parfois.
Des liens de qualité et de confiance sont établis avec les enfants dans une atmosphère sereine et détendue. L’équipe s’emploie à apporter affection, écoute et valorisation.
Le matin, les enfants qui en ont besoin sont rassurés et prennent le temps nécessaire pour se séparer des parents.
Les plus jeunes qui en ont besoin ont la possibilité de faire la sieste après le diner pendant que les autres enfants du groupe participeront à une activité relaxante ou une activité conte.
A chacun son rythme en préservant le collectif.


La plaine, c’est aussi un espace de vie

Permettre à l’enfant de s’approprier l’espace, c’est agir sur l’environnement

L’enfant ne subit pas son environnement, il y contribue.
Car la plaine, c’est aussi et avant tout son espace. S’il veut en profiter, il doit le respecter.
Lui permettre de participer à son aménagement, c’est le sensibiliser afin qu’il puisse dire : "j’y vis, j’y participe".

L’environnement reste au centre de nos priorités.

Les enfants sont sensibilisés à l’importance et au respect de la nature. Agir pour un bon environnement et non subir un mauvais environnement.

Des sorties sont organisées, au bois et dans le milieu environnant, comme le rucher communal, une ferme des environs,...
Certaines sorties extérieures sont une façon d’appréhender à la fois, l’environnement, le monde extérieur, la confiance en soi et l’entraide. Chaque année, nous emmenons les grands à une journée d’initiation à l’accrobranche.

La nature est source de diverses inspirations.

Les matériaux de récupération sont très largement utilisés dans les activités.

Une fontaine à eau a été installée. Elle permet l’accès à l’eau, sans déchets. Les enfants sont invités à réutiliser leur bouteille ou godet. Les enfants sont sensibilisés au gaspillage d’eau.


Et un espace d’intégration

Permettre à l’enfant d’être différent et accepter la différence de l’autre

Il y a quelques années, nous avons mené une expérience à la demande de « L’Olivier », Service d’aide à l’intégration, qui consista en l’accueil, durant une semaine, de deux enfants "différents" au sein de la plaine de jeux. Ils ont été intégrés au groupe le plus approprié en raison de leur handicap et en fonction de l’animateur(trice) qui souhaitait s’investir dans cette démarche. Un accompagnement éducatif a été assuré – présence d’une éducatrice spécialisée du centre sur place – afin de garantir le bon déroulement de cette semaine. 

Nous restons ouverts à ce type de démarche en analysant chaque demande au cas par cas.
Nous avons déjà, par exemple, accepté d’accueillir des enfants présentant un retard de développement.
Lors de toute demande, nous nous assurons avant toute chose de la compétence et de la motivation des l’animateurs(trices) qui prendront en charge ce groupe.
Si un encadrement optimal est possible, sans que cela ne contrarie le fonctionnement de l’ensemble du groupe, nous acceptons, avec plaisir, le principe d’intégration et de vacances pour tous.
Si, par la suite, nous constatons une trop grande difficulté à poursuivre la démarche, nous réévaluons la situation avec l’équipe, l’enfant et les parents.
Nous proposons, dans ce cas, si nécessaire, un autre type d’accueil plus approprié. 

Permettre à l’enfant de vivre sa différence, c’est en faire une richesse

Nous souhaitons que la plaine de jeux soit un lieu d’intégration, un espace de vie riche de toutes les différences.
Les différences qu’elles soient culturelles, socio-économiques, physiques ou autres, sont une ouverture aux autres, une mise en avant, et non un frein ou un repli sur soi.

Nous voulons développer le sentiment d’être unique dans sa différence et la richesse, la découverte que cela peut représenter pour les autres.

Nous sommes de plus en plus confrontés aux problèmes d’agressivité, aux propos racistes, au manque d’indulgence envers l’enfant le plus lent, le plus petit ou le plus gros, à la mise à l’écart du plus timide, à la formation de l’esprit de clan dès qu’un conflit se manifeste…

Aussi, nous souhaitons nous investir plus particulièrement dans gestion des conflits.

Gérer les conflits, c’est savoir être à l’écoute, comprendre qu’un enfant puisse avoir un ressenti. Lui permettre de l’exprimer, c’est déjà trouver une réponse.
On a et on donne le droit d’être différent, de penser différemment.
Bien-sûr, ensuite, il y a la vie en communauté qui nécessite de vivre ensemble même en étant différent.

Se socialiser, c’est intégrer les règles de la vie en communauté, le respect de l’autre, des choses, de l’environnement, pour devenir un futur citoyen.

A nous de recadrer, d’aller à l’essentiel.
Cela demande un vrai échange avec l’enfant, nous parlons beaucoup.
On n’est pas tous obligés de s’aimer mais il est nécessaire de s’accepter, de se respecter.
Si désaccord il y a, à nous de créer un environnement adéquat qui limitera les conflits en privilégiant, notamment, plus d’espaces, des animations appropriées, en développant des techniques d’accueil et d’ouverture, une écoute.

Une attitude positive générale, la discrimination positive.

Les enfants sont encouragés, les animateurs favorisent l’estime de soi, le regard bienveillant, la solidarité, l’accompagnement, la pédagogie du chef-d’œuvre.
Nous accordons une grande importance à la prise de responsabilité de chacun.

Ex. : Si un enfant aime être « dj », il sera valorisé dans son rôle, encouragé à bien faire et responsabilisé, il devra aussi prendre soin du matériel qui lui est confié.
 

NOS MOYENS

L’expérience nous incite à poursuivre notre projet dans le même sens que les années précédentes. Les enfants nous font comprendre leur plaisir à venir à la plaine et à y vivre des moments heureux.

Cela commence par une équipe d’animateurs compétents, motivés, en nombre suffisant, qui adhèrent à notre projet.

Il est important que l’équipe travaille dans un bon état d’esprit.
Nous cherchons à entretenir cet esprit de groupe tout en permettant à chaque animateur de se particulariser, chacun peut s’exprimer, parler de ses difficultés ou des ses satisfactions (réunions quotidiennes, projets partagés ou interactifs, …), nous mettons tout en œuvre pour constituer une équipe soudée et efficace.
Comme pour les enfants, nous privilégions l’individu et l’esprit de groupe.

En activité, l’imagination est au pouvoir.
Nous aimons privilégier les grandes réalisations qui permettent de jouer à …
Et nos projets sont axés sur l’évasion, l’émerveillement et le divertissement.

Parfois, l’actualité nous inspire : l’ouverture du musée Harry Potter, l’euro de football,…
Tout se discute, tout est possible.

Les vacances sont au rendez-vous ! Si nous ne pouvons pas partir, nous réinventons un univers, un voyage, un évènement : le cirque et la piste aux étoiles, une salle des horreurs où règnent d’affreux jojos, le Tommorowland festival, la galerie de portraits, une histoire très animée sur le thème « Entrons dans nos rêves »,…

La préférence et l’expérience vont vers un thème commun s’échelonnant sur deux semaines et choisi ensemble durant les réunions de préparation et les réunions d’évaluation (avant la plaine et chaque jour durant la plaine). Les enfants peuvent également intervenir dans ce choix. Le choix du 1er thème est important, il doit tenir compte du fait que les enfants terminent un an d’école, ils ont besoin de s’aérer, de se dépenser, de jouer.

Chaque idée est traitée différemment dans les groupes. Elle peut donner lieu à de nombreux projets, aborder différentes expressions (manuelles, théâtrales, corporelles, musicales,…) pour parvenir à la construction d’un décor, réalisation culinaire, élaboration d’un scénario, création de costumes, d’éléments de décoration, un projet éphémère, un challenge sportif …

Autant que possible, la réalisation devient le prétexte à une découverte, à une rencontre … ou l’inverse.

Ex. : la construction d’une étable, d’un décor de ferme amènera le groupe à aller rencontrer un fermier.

Les fins de semaine - de plus en plus, la fin de deux semaines - sont l’occasion de réunir les réalisations et de partager les émotions.

Nous privilégions, d’autre part, les partenariats dès qu’un projet partagé est envisageable, comme, par exemple, avec la bibliothèque communale, sous forme d’animation sur le conte, le Service Provincial Hainaut Sport Culture pour les activités qu’il nous propose : kayak, planche à voile, paddle, VTT, l’asbl Pro Vélo en 2016 ou encore, en 2015, avec un pompier, ancien animateur de la plaine, qui nous propose d’accueillir tous les groupes d’enfants à la caserne de Soignies pour leur expliquer son métier.

Toute nouvelle proposition de sortie est discutée, appréciée et validée si elle est réalisable, ex. : en 2015, nous emmenons les grands au « fan day » d’un grand club de football, une autre fois, un cirque s’installe à Ecaussinnes, nous y allons avec toute la plaine,…

Nous travaillons, par ailleurs, en collaboration avec les équipes de la Maison de repos « Le Scaussènes » pour les potages du midi ou autre collation souhaitée dans le cadre d’un projet.
 

MATERIEL

Un matériel de base, acheté préalablement et relativement varié, se trouve à la plaine. D’autres acquisitions sont possibles, un renouvellement annuel est effectué et toute nouvelle demande est estimée lors des réunions quotidiennes.

Nous complétons (ou remplaçons quand cela est nécessaire) le matériel de fonctionnement, les équipements sportifs divers, le matériel hi-fi, sono, éclairage, etc.

Une grande collecte de récupération est également lancée : pot de yoghourt, boîtes à fromage, papiers, draps, bouchons,… chacun se doit d’alimenter !

Les grands cartons sont un support très précieux : approvisionnement dans les magasins de l’entité et usines de la région.

 

Ce projet pédagogique est rédigé et réactualisé en tenant compte des avis et commentaires de l’équipe d’encadrement et de coordination durant le fonctionnement de la plaine et les concertations durant l’année.
Il tient compte également des demandes spécifiques de l’O.N.E.
Chaque plaine apporte de nouvelles perspectives.


Rédigé par Christine Renard, Echevinat de la Jeunesse.
Grand-Place, 3 -
7190 Ecaussinnes
067/79.47.09
culture@ecaussinnes.be



 

Actions sur le document