Histoire

Histoire de la Brasserie d'Ecaussinnes

brasserie

 

Histoire de la ferme-château de Restaumont

 

Les Restaumontois la connaissent bien sous le nom de " cinse Dutrieux ".

En effet, cette famille a occupé les lieux pendant plus de 70 ans. Comme chacun le sait, elle est située presqu'en face de l'ancien estaminet " La belle Julie ".

Le toponyme " Restaumont " signifie : mont (appartenant) à Resteau. En effet, dès le début du XIVe siècle, on rencontre déjà des porteurs de ce nom dans la région de Soignies-Ecaussinnes.

En 1322, un échevin de Soignies porte le nom de Jehan Rastial.

Ce patronyme se transforma en : Rasteau, Rastiel, Restiel, Resteau, etc. La ferme de Restaumont appartenait à plusieurs grandes familles, ainsi qu'à la Comédie Française. Depuis 1990, cette ferme appartient aux propriétaires actuels de la brasserie.

 

L'ultra des Ecaussinnes

 

L'ultra était brassée à Ecaussinnes depuis toujours dans les bâtiments qui servent aujourd'hui au dépôt communal. L'ultra a disparu du paysage écaussinnois il y a une trentaine d'années. Les Ecaussinnois, tous amoureux de leur commune, souhaitaient depuis pas mal de temps déjà, voir recréer ce produit local qui comme le Spring Blues, le goûter matrimonial... valoriserait l'image d'Ecaussinnes.

Après plusieurs contacts voilà que la commune rencontre Hugues et Isabel : la famille d'Isabel prétend qu'elle est tombée dans un grand fût de bière quand elle était petite (voilà d'où est venu l'idée de commencer une brasserie).

Jeunes mariés, plutôt que Monsieur poursuive ses activités d'indépendant dans tout le royaume et que son épouse continue d'être hôtesse de l'air à la Sabena, Isabel et Hugues ont décidé " de faire un métier ensemble ". Monsieur Van Poucke contactait un maître-brasseur, qui acceptait de les aider. Ils avaient les composants de l'ULTRA, ils avaient l'homme d'aujourd'hui.

Les bâtiments progressaient... restait à trouver tout le matériel : cuves pour les brassins, refroidisseurs, soutireuse, capsuleuse, laveuse et évidemment un concasseur de malt. Ils sont allés dénicher tout cela, du matériel tout neuf qui n'a jamais servi, en Tchéquie, exactement à Humpolec près de Pilzen (la ville qui a donné son nom à la Pils) à la brasserie BERNARD, la troisième plus grande brasserie de Tchéquie.

 

Actions sur le document